[an error occurred while processing this directive]
  • Sciences 13/10/2009 1 commentaire

    Source : http://www.flickr.com/photos/adamcrowe/4002050596/

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir

  • Iapetus (ou Japetus, plus communément en français : Japet) est un satellite de Saturne, le troisième par sa taille. Son diamètre est proche de 1 500 km, inférieur à la moitié de celui de notre Lune. Sa couleur claire pourrait nous rappeller notre satellite, mais ce qui surprend, sur cette photographie de la sonde Cassini réalisée en 2007 (à noter que Japet a été découverte par Jean_Dominique Cassini en 1671), c’est la coloration d’une partie de sa surface. Celle-ci ne vous évoque-t-elle pas l’impact d’une bombe de peinture ?

    japet (sonde Cassini, Nasa, 2007)

    Japet (Nasa, 2007 - cliquez pour agrandir)

    Des analyses spectrales laissent penser aux chercheurs de la Nasa que la coloration sombre est due à la présence de carbone. En 2005 (voir source), ils ont émis l’hypothèse selon laquelle c’est la lente sublimation d’eau de surface (passage de l’état solide à l’état gazeux), qui serait responsable de l’apparition de la coloration. En effet, la glace qui se trouve à la surface de Japet serait « sale », et lorsque l’eau quitte le satellite pour s’échapper dans l’espace, il ne resterait que les résidus sombres, qui deviendraient  alors davantage visibles. Le fait qu’une partie de Japet soit nettement plus touchée que l’autre par ce phénomène, s’explique par l’exposition au Soleil, qui n’est pas la même en tout point du satellite, et qui hâte la sublimation de l’eau glacée.

    À noter que Japet est connu pour présenter une sorte de bourrelet, ou boursouflure, régulière et fine, à son équateur (les scientifiques de la Nasa ont formulé des hypothèses quant à la formation de cette structure, mais aucune ne semble s’imposer pour l’instant) :

    japet (sonde Cassini, Nasa, 2007)

    Le fin bourrelet de Japet (Nasa - cliquez pour agrandir)

    Clichés : Nasa

  • Des chercheurs de l’université de Berkeley (Californie) développent une mémoire ultra-dense à durée de vie quasi infinie.

    L’un des handicaps des systèmes d’archivage actuels, c’est leur durée de vie, trop courte. Que l’on songe aux DVD qui s’oxydent en quelques années, aux disques durs qui se détériorent aussi rapidement. D’une manière générale, plus le dispositif de stockage contient d’informations, moins il est fiable. Inversement, les systèmes à longue durée de vie contiennent peu de données, comme les blocs de pierre qui ont abrité les hiéroglyphes égyptiens pendant des milliers d’années. Mais qui voudrait graver ses photos de vacances dans du granite ?

    Des chercheurs du Laboratoire national Lawrence Berkeley et de l’Université de Californie viennent d’inventer un nouveau support qui pourrait bouleverser notre capacité d’archivage, et ôter toute inquiétude de voir les informations disparaître avec le temps.

    Le matériau créé par le physicien Alex Zettl stockerait à terme, mille milliards de bits par pouce carré, c’est à dire 1 000 000 000 000 bits dans 2,54*2,54 cm2, c’est à dire 1,6.1011 bits par cm2, c’est à dire 1,6.1011 / (8*1024*1024*1024) = 18 Go par cm2.

    18 Go par cm2 ? Intéressant, lorsque cette mémoire est garantie un milliard d’années. Mais comment cela est-il seulement envisageable ?

    Lire la suite…

  • Lorsque notre planète se glisse entre le Soleil et la Lune, nous assistons depuis la Terre à une éclipse lunaire. Mais que voit-on depuis la Lune ? Une éclipse solaire assez particulière !

    Le satellite japonais Kaguya, orbitant autour de la Lune, a filmé le 10 février 2009 ce phénomène.

    Cela ressemble à une éclipse de Soleil depuis la Terre, mais ne vous y trompez pas ! Voir la vidéo ci-après (qui montre la FIN de l’éclipse).

    Lire la suite…

  • Trois hypothèses pour expliquer le mystérieux retour du loup en Lozère.

    Le 27 janvier, un bref article publié sur le site d’Europe, indiquait un possible « retour » du loup en Lozère :

    Retour, d’accord, mais retour… d’où ?
    Le texte ne l’indique pas :

    Des traces de loup ont été repérées jeudi sur la commune des Bondons, en Lozère, et un agent du parc des Cévennes affirme qu’il a pu observer visuellement l’animal. Si les analyses confirment ses dires, cela confirmerait le retour de l’animal dans le département où il avait disparu après guerre.

    Des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et du parc national ont suivi les traces dans la neige et réalisé des prélèvements transférés pour analyse à Lyon. Les résultats définitifs des analyses ADN seront connus dans trois semaines.

    Les traces de deux loups, une femelle âgée et un jeune mâle, avaient déjà été confirmées en février 2007 sur la commune de Saint-Laurent-de-Muret en Lozère. La préfecture cherche à savoir si le nouvel animal repéré est l’un d’eux. Si tel est le cas, l’Etat pourrait confirmer que le département de la Lozère est désormais habité par le loup après avoir observé deux hivers consécutifs.

    Le loup « avait disparu après-guerre ». Et depuis quelques jours, il est à nouveau présent. L’article ne précise pas d’où il vient, ni ne pose la question. Trois raisons peuvent cependant être avancées.
    Lire la suite…

  • Sommeil et rhume

    Des scientifiques de l’université Carnegie Mellon (Pennsylvannie, USA) ont établi un lien entre la qualité et la quantité de sommeil d’une part, et le risque d’attraper un rhume d’autre part.

    L’étude porte sur 153 adultes (entre 21 et 55 ans). Pendant 14 jours consécutifs, ceux-ci ont pris note de la longueur et de la qualité de leur sommeil lors de chaque nuit. Ces volontaires ont ensuite été placés dans des chambres d’hôtel, exposés pendant cinq jours à un virus du rhume. 54 participants en sont ressortis… enrhumés.

    L’étude a montré que plus les participants dormaient (et meilleure était la qualité de leur sommeil) durant les semaines précédant l’exposition au virus, plus ils étaient capables de résister à l’infection.

    Peut-on en conclure que pour se protéger du rhume, mieux vaut aménager ses nuits afin de dormir longtemps et de manière efficace ?

    Lire la suite…

  • Si nos habitations possédaient une relative indépendance énergétique, nous serions moins vulnérables aux attaques terroristes et aux catastrophes naturelles.

    Août 2003. Le nord des États-Unis et une partie du Canada sont touchés de plein fouet par la plus grande coupure de courant de l’histoire. 50 millions de personne se trouvent brutalement privées d’électricité. La cause ? Une série d’erreurs humaines jointes à quelques contacts entre des arbres et des lignes électriques trop basses. Le métro dans la ville de New York est interrompu. Beaucoup croient à une nouvelle attaque terroriste, deux ans après les attentats du World Trade Center.

    Lire la suite…

  • Il y a un peu plus d’un an, les imprimantes laser étaient accusées de diffuser des particules toxiques dans l’air ambiant, provenant de leur toner (l’encre en poudre qu’elles utilisent).

    Des chercheurs australiens de l’université QUT (Queensland University of Technology) avaient affirmé que l’encre des imprimantes laser, s’échappant autour d’elles, était aussi dangereuse que la fumée de cigarette. Selon eux, sur 62 imprimantes, 17 se comportaient comme de gros émetteurs de particules.

    Lire la suite…

  • Jill Tarter au Allen Telescope Array en Californie, qui surveille les signaux électromagnétiques provenant de l'espace.

    Jill Tarter au Allen Telescope Array en Californie (cliché CNN)

    Depuis une vallée perdue de la Californie du Nord, Jill Tarter continue d’écouter l’univers.

    Pour cela, elle utilise 42 radiotélescopes de 6 mètres de diamètre. Si une forme d’intelligence extraterrestre essaie de nous contacter, cette scientifique de 64 ans sera sans doute la première à le savoir. D’autant que le site s’agrandira bientôt, pour accueillir un total de 350 antennes d’ici 2010, soit l’équivalent d’un unique radiotélescope de 100 mètres de diamètre.

    Lire la suite…

  • Comment lutter contre le réchauffement climatique ? En construisant un parasol spatial pour notre planète !

    C’est l’idée très sérieusement développée dans un article du magazine Scientific American (édition de novembre 2008).

    La Terre abritée par un nuage de parasols spaciaux (illustration : Scientific American)

    La Terre protégée du Soleil par un nuage de parasols spatiaux (crédits: Scientific American)

    Lire la suite…

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
S'abonner aux articles

Geek mais pas trop sur Facebook
et sur Twitter !

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
over-blog.com - fan9 - shop6