[an error occurred while processing this directive]


  • Politique, Société 18/04/2009

    Un village lozérien que je connais bien, incarne parfaitement la fracture numérique telle que nous la vivons actuellement.

    Là bas, une connexion à l’internet atteint - au mieux - un débit de 4 Ko/s. Comptez 15 min pour charger une photo de 3 Mo, si votre ordinateur n’est pas occupé par une mise à jour de l’antivirus ou du système d’exploitation.

    Il y a peu de chance que quiconque s’installe dans ce village, mis à part quelques originaux tentés par un retour à la nature.

    Cependant, le plan France Numérique 2012 prévoit le raccordement de tous les Français au haut-débit d’ici 2012.

    On lit dans le document :

    « L’Internet haut débit constitue aujourd’hui, comme l’eau ou l’électricité, une commodité essentielle. À cet égard, le fait que 2 et 4 millions de Français soient durablement exclus de la société de l’information nécessite la mise en place d’un droit à Internet haut débit pour tous, y compris en Outre-mer, afin que chaque Français ait accès au haut débit d’ici à 2012. »

    La fracture numérique serait donc réduite à néant dans 3 ans ? Les campagnes ne seraient plus victimes de l’absence des réseaux de l’information ?

    C’est oublier que le “haut-débit”, pour le ministère, c’est une connexion de 512 Kbit/s (c’est indiqué dans le texte).

    Une vidéo HD standard nécessite un débit de 8 Mbit/s (source : Wikipedia), une valeur 16 fois supérieure au « haut-débit ». En d’autres termes, dans la France numérique de 2012, les ruraux pourront télécharger une vidéo de 5 minutes, en… une heure 10 !

    Ils se réjouiront de pouvoir - enfin - téléphoner par internet (via Skype ou tout autre logiciel de tchat audio), plutôt que de payer leurs appels à FT . Mais en ce qui concerne la télévision, la vidéo à la demande, les vidéoconférences HD, et le dégroupage de leur ligne téléphonique, ils continueront de jalouser les habitants des grandes villes.

    Sans compter que les connectés actuels en 512 Kbit/s sont déjà déçus, la mauvaise qualité de la ligne ou des terminaux ne permettant pas de surfer à la vitesse annoncée. Sur le Blog TIC des Maires de grandes villes, on peut lire :

    « Au congrès des maires de France [novembre 2008, Porte de Versailles], les élus ont été nombreux à faire part de leur mécontentement et de leur scepticisme sur ce chiffre [de 512 Kbit/s] : débits inférieurs à ceux annoncés, qualité de service désastreuse et coupures… »

    Avant 2012, nous entrevoyons déjà la deuxième fracture numérique, cet abîme séparant ceux qui profiteront du « haut débit » (appellation déjà inappropriée) et les utilisateurs du “très haut débit”, c’est-à-dire de la fibre optique. Car à moyen terme, il semble que seule la fibre optique permette d’apporter aux foyers les services audio et vidéo (HD) que nous connaissons déjà.

    Le prix du raccordement à la fibre optique étant élevé, les régions se tournent naturellement vers l’État. En décembre 2008, l’Association des régions de France (ARF) appelait l’Etat à lancer un plan de financement de 10 milliards d’euros pour raccorder 90 % de la population en fibre optique (source).

    Le secrétaire d’Etat au développement de l’économie numérique Éric Besson aurait rapidement répondu : « Est-ce qu’un bon plan de déploiement est un plan où l’Etat investit beaucoup d’argent ? Je ne suis pas certain » (source).

    Nombreux sont ceux qui recommandent l’aide de l’État pour le raccordement du pays en fibre optique. Gérard Bailly, sénateur du Jura, s’adressait au gouvernement lors d’une séance au Sénat le 26 février 2009 (source) :

    « Les territoires les moins denses, où les investissements sont les plus coûteux, ont des ressources fiscales faibles, qui ne leur permettent pas d’atteindre des objectifs ambitieux de développement.
    (…)
    En 1936 [a été créé le] Fonds d’amortissement des charges d’électrification, le FACÉ, qui assumait 20 % à 30 % des charges des départements résultant des subventions allouées aux collectivités pour des travaux d’électrification rurale.
    Cette expérience, qui a été positive, pourrait être transposée à l’aide au développement numérique des territoires (…) »

    Hubert Falco, secrétaire d’État chargé de l’aménagement du territoire, répondait alors :

    « Comme vous le savez, (…) on estime à 40 milliards ou 50 milliards d’euros les investissements nécessaires pour assurer le raccordement de 90 % des foyers en fibre optique.
    Il faut donc être ambitieux, mais il faut aussi être réalistes : nous n’aurons pas tout, tout de suite ! Il est normal que les opérateurs entament leurs déploiements par les zones les plus rentables. »

    En attendant une réponse de l’État plus volontaire, je vous encourage à regarder le premier épisode de la série Cybergeddon, ci-dessous. Et songez à ceux qui, privés d’internet, ne pourront même pas la visionner !

    Posté par Fabulatio à 13h21

    Fuzz it!
  • 5 commentaires

    WP_Modern_Notepad
    • Fabulatio a écrit (

      Nathalie Kosciusko-Morizet écrivait sur Facebook, ce soir :

      “nos interlocuteurs [américains] dessinent des lignes de force (…) : étendre l’accès au haut débit à tous les américains, en injectant 4.7 milliards de dollars du plan de relance dans le haut débit pour les zones enclavées. (…) Tout le monde s’accorde sur le fait que ce coup de pouce au déploiement des réseaux est nécessaire (…)”

    • Nicolas a écrit (

      S’il n’y avait que le numérique qui clochait dans le “plan de relance des campagnes” …

    • Nik0 a écrit (

      D’autant qu’en France, la LME de 2008 permet le dégroupage de la sous-boucle locale.

      L’AVICCA a récemment publié un billet pour expliquer comment il serait possible d’agir pour intervenir sur les sous-répartiteurs (voir liens ci-dessous).

      C’est la dernière étape avant le FTTH dans nos campagnes.

      A moins que certains préfèrent vraiment prendre une connexion sat avec sa latence d’un autre âge…

      QQ infos:
      - http://tinyurl.com/dkgyzo
      - http://tinyurl.com/c98dyc
      - http://tinyurl.com/csgup8

    • Fabulatio a écrit (

      Nik0 : Merci pour ces liens très clairs et instructifs. On en rêve, de ce dégroupage…

    • Nik0 a écrit (

      Cette nouvelle avancée du dégroupage sera réalité juridique/technique/économique dans qq mois.

      Mais ensuite, il faudra que les élus mettent la main au portefeuille… les habitants des zones blanches et grises doivent se mobiliser, en général, les gens sont assez réceptifs. Surtout si les médias locaux s’y intéressent ! ;)

    Écrire un commentaire

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
S'abonner aux articles

Geek mais pas trop sur Facebook
et sur Twitter !

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
over-blog.com - fan9 - shop6