[an error occurred while processing this directive]


  • Sciences, Société 22/12/2008

    Si nos habitations possédaient une relative indépendance énergétique, nous serions moins vulnérables aux attaques terroristes et aux catastrophes naturelles.

    Août 2003. Le nord des États-Unis et une partie du Canada sont touchés de plein fouet par la plus grande coupure de courant de l’histoire. 50 millions de personne se trouvent brutalement privées d’électricité. La cause ? Une série d’erreurs humaines jointes à quelques contacts entre des arbres et des lignes électriques trop basses. Le métro dans la ville de New York est interrompu. Beaucoup croient à une nouvelle attaque terroriste, deux ans après les attentats du World Trade Center.

    Décembre 2008. 100 000 foyers du centre de la France subissent une panne de courant causée par des chutes de neige importantes. En Lozère et en Aveyron, en plein hiver, les lumières s’éteignent, les chaudières domestiques à fuel ou gaz s’arrêtent, les écrans de télévisions virent au noir. On se tourne vers les vieux téléphones, ceux qui ne nécessitent pas d’électricité. Mais les centraux téléphonique subissent eux aussi la coupure, ainsi que les bornes de téléphonie mobile. Personne ne peut savoir ce qu’il se trame, ni communiquer avec ses proches. Pour échapper à ce grand silence froid, une seule solution : conduire sur une ou deux centaines de kilomètres afin d’atteindre une zone non touchée par la désolation.

    Demain, une telle coupure pourrait survenir sur l’ensemble d’un pays ou sur un continent entier. En raison d’erreurs humaines, d’une catastrophe naturelle ou d’un attentat visant les réseaux d’énergie.

    La plupart de nos équipements sont électriques, nous ne disposons plus de poêles à bois. On peut trouver des groupes électrogènes de ci de là, mais sans électricité, l’approvisionnement en carburant serait rapidement interrompu (les raffineries, les pompes à essence, cesseraient de fonctionner). Les technologies de l’information (ordinateurs, internet, téléphonie) disparaitraient aussitôt, sans énergie. Nous sommes plus vulnérables que jamais à une coupure d’électricité de grande ampleur.

    Pour contrer cette faiblesse, nous devrions développer une certaine indépendance énergétique locale. Celle-ci consisterait à équiper chaque maison ou immeuble de dispositifs lui permettant de produire une petite quantité d’énergie de manière autonome.

    En cas de coupure de courant, ainsi, nous pourrions disposer d’un peu d’énergie produite sur place.

    Sur le toit d’un immeuble en ville, quelques panneaux solaires produiraient assez d’électricité (stockée dans des batteries) pour alimenter un petit local, où se trouverait un ordinateur relié aux réseaux de communication.

    Dans le jardin d’une maison, c’est une éolienne qui actionnerait une pompe extrayant l’eau d’un puits. Alimenterait un émetteur-récepteur radio. Chaufferait une petite pièce, lorsque la température extérieure est  trop basse.

    Cette énergie, fabriquée localement, permettrait, d’une manière générale, de satisfaire aux besoins vitaux, de gérer l’urgence.

    Cela supposerait que les centraux téléphoniques, les relais de communication eux aussi, soient reliés à une éolienne ou à des panneaux solaires alimentant leurs batteries. En effet, ces points de raccordement sont nécessaires à l’établissement des communications.

    Il en serait de même pour les stations de traitement et d’acheminement de l’eau. Tous ces points névralgiques devraient être alimentés en énergie renouvelable produite in situ.

    Outre la sécurité qu’elle nous procurerait, l’indépendance énergétique locale amènerait un développement important de la production d’énergies renouvelables. En fonctionnement normal, ces générateurs écologiques allègeraient la charge des réacteurs nucléaires et autres centrales thermiques.

    Il y aurait donc deux bénéfices à la mise en place d’un tel système : un gain en terme de sécurité et un gain non négligeable dans le domaine environnemental.

    Posté par Fabulatio à 23h36

    Partager cet article sur Scoopeo Fuzz it!
  • 6 commentaires

    WP_Modern_Notepad
    • ZeK a écrit (

      Très beau raisonnement plein de naïveté, c’en est presque touchant ^^

      Les énergies renouvelables on comme problème principal d’être instables. Pas d’électricité en abscence de vent pour une éolienne, production d’électricité qu’en présence de soleil pour les panneaux électriques.
      Imaginon un grand black out. Victoire, je produit de l’énergie grâce à mon éolienne. Ha, oui mais pas le relais à 200m. Ca ne pourrait tout simplement pas marcher comme dans l’article.

      Tant que l’on a pas résolu le problème du stockage de l’électricité (qui ne peut se faire que par le biais de batteries coûteuses, peu écologiques et peu efficaces), l’utilisation massive d’énergies renouvelables n’est simplement pas possible. Malheureusement, on investi pour l’instant massivement dans la recherche éolienne et pour les panneaux solaires plutôt que la recherche de nouvelles “batteries”.

    • spirou a écrit (

      @ ZeK

      Vous êtes un peu sec quand même. On parle bien d’un système transitoire et paliatif qui n’est évidemment pas destiné à être actif plus de qqs heures ou jours.

      De plus je ne vois pas le pb avec ce relais qui ne serait pas allimenté. Le but est d’avoir une allimentation locale déconnectée du réseau et donc, par la même, non dépendante d’un relais. Bien évidemment pour que cela fonctionne, il faut au préalable débrancher le résau électrique de l’immeuble du réseau de quartier sinon c’est un peu débile.

      Pour finir, je vous signale qu’il n’y a pas que les batteries qui peuvent stocker l’énergie. Il est tout à fait possible, vu que l’on parle d’un système statique, de comprimer de l’air ou de faire monter de l’eau dans des réservoirs pour la faire redescendre plus tard quand il y en a besoin (c’est exactement ce qui est fait dans les barages. Quand l’électricité n’est pas chère on pompe de l’eau jusqu’au barrage depuis les vallées).

      Enfin, ce que je veux dire c’est que vous pourriez quand même relativiser un peu votre jugement vu qu’apparement vous n’êtes pas un spécialiste de la chose. (Moi non plus mais au moins je laisse la portes ouverte aux idées autres que celles entendues dans les médias sachant qu’ils oublient euh…99% de l’information)

    • madlozoz a écrit (

      Mouai…. La production locale autonome, ça peut marcher quand tu a une maison avec un toit solaire de 100m², 3 éolienne dans le jardin et que tu n’a pas grand chose à alimenter.
      Mais quand en dessous de ton toit de 100m², tu a 30 étages empilés, tu fait comment pour produire ton électricité localement? Tu met une centrale nucléaire au sous sol à la place de la chaufferie?
      Et comme l’empilement verticale des habitations est de TRES loin la meilleur organisation pour économiser l’énergie (économie de chaufage et de transport), ton rêve alternatif ne pourra fonctionner qu’en doublant quasiment la consommation énergétique du pays…et donc le rendre plus dépendent encore du réseau nucléaire centralisé.

    • Fabulatio a écrit (

      Madlozoz, il est certain que dans un immeuble collectif, on dispose de peu de surface pour collecter de l’énergie solaire, surtout dans le nord ! Cependant, le principe serait de produire ce que l’on peut, et en cas de coupure accidentelle du réseau national, pouvoir charger des batteries et être capable de connecter un pc ou un téléphone au réseau. Bref, gérer l’urgence, au moins en matière d’information. Et en l’absence de crise, de produire un peu d’énergie locale.

    • BZH a écrit (

      Encore des sceptiques sur les énergies renouvelables !!
      Une éolienne de 12 m suffit aux besoins actuels d’une famille type.
      Évidemment il faut l’autorisation des voisins et les batteries coûtent une fortune. Pour le fonctionnement des panneaux solaires , il suffit qu’il fasse jour même s’il y a des nuages les panneaux fonctionnent !! (@zek le soleil va disparaître dans 5 milliards d’années)
      J’ajouterais que nous sommes aux balbutiements des énergies renouvelables, les rendements des panneaux solaires, des motrices (éoliennes) augmentent sans cesse.
      De plus il faut être cohérent, ne pas défendre les énergies renouvelables équivaut à ne pas défendre son mode de vie actuel, basé sur du non renouvelable, nucléaire et pétrolier vont vite s’épuiser, dans moins d’une vie! Ne défendez pas le renouvelable d’accord mais alors retournez vivre à l’age de pierre ainsi que vos descendants.
      Je rappelle également que le LHC est une gabegie qui pour certains spécialistes accouchera juste d’un gros gaspillage pour ne rien changer.
      Et en plus je ne parle même pas du réchauffement climatique ! ….
      bonus …des hydroliennes qui sont en train de faire leurs preuves (à Bréhat , dans l’Odet) , des panneaux solaires thermiques ….

    • test a écrit (

      Mais bien sur que c’est possible !
      installe des milliers d’éoliennes, de centrales géothermiques, solaires, marémotrices. Remplit le désert du sahara de centrales solaires, utilise les pour produire de l’hydrogène et tu verra si tu n’as pas assez d’énergie ….

      Tout est possible ….

    Écrire un commentaire

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
S'abonner aux articles

  • Commentaires sur RATP : Les pubs de trop par Fabulatio 6 février 2009
    Certains risquent de mener la vie dure aux ACL : lire http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2008/12/quand-la-pub-po.html
  • Commentaires sur Échange de livres de poche rien que pour s’amuser par cécile 5 février 2009
    je m apprête à poster mes 6 lettres et le bouquin. Celui ci parviendra au mec de ma soeur, qui en a déjà recu (je pense pas qu'il mente, il n'a rien à y gagner!). Les amis à qui j'envoie les lettres sont des passionés de lecture, et je suis donc quasimment sûre que ma soeur recevra prochainement 6 livres (c est elle qui est numéro 1 sur ma liste. Je vois pas où est l'arnaque, ca n a rien de mercantile, il s agit juste d'un partage, et même dans l éventualité où je ne recoive rien, je serais quand même contente d avoir fait découvrir un livre qui m a plu et qui gagne à être connu. La culture égoîste est un tas de fumier qui fermente, la culture partagée est un engrais fertile. Alors partageons et arrêtons d être sceptiques, même si nous vivons dans un monde paranoîaque et où chacun ne pense qu'à sa gueule!
  • Commentaires sur En Lozère, un loup venu de nulle part ? par Association Le Klan du Loup 5 février 2009
    L'article laisse indirectement croire que ce loup a été relâché par quelques farfelus ; pourquoi pas, il y a des c... partout ! Mais pourquoi ne pas dire aussi que le loup, qui est actuellement dans l'arc alpin, se déplace et ce afin de rechercher de nouveaux territoires ? Salutations lupines. Le Klan du Loup
[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
- fan9 - shop6