[an error occurred while processing this directive]


  • Sciences 03/09/2008

    Brent Constantz, professeur de l’université de Stanford (USA), affirme avoir inventé un ciment révolutionnaire. Celui-ci réduirait en effet grandement les émissions de dioxyde de carbone.

    La fabrication du ciment pose un problème écologique important, en produisant une quantité considérable de CO2. Qu’on en juge : pour une tonne de ciment fabriqué, une tonne de dioxyde de carbone est relâchée dans les airs.

    Cet aspect a souvent été passé sous silence par les industriels (lire par exemple la plaquette publiée par la société Ciments Calcia, occultant les rejets de CO2 dans le processus de fabrication), mais les média ont largement diffusé l’information durant les derniers mois.

    Quand on songe à la masse de ciment produite chaque jour, à destination des routes, des bâtiments, des ponts… cela donne le vertige. Il résulte des 2,5 milliards de tonnes de béton fabriqués dans le monde chaque année, une quantité de dioxyde de carbone représentant 5 % des émissions totales (naturelles et humaines).

    Brent Constantz affirme que la fabrication de son ciment ne dégage aucun dioxyde de carbone.

    Par ailleurs, ce même ciment aurait la capacité, quasi miraculeuse, de réduire le taux de CO2 émis par les centrales énergétiques, en piégeant les gaz rejetés à l’intérieur du matériau. Comme une éponge, chaque tonne de ciment pourrait absorber une demi-tonne de CO2.

    Ainsi l’on basculerait, par tonne de ciment, de +1 tonne de CO2 produite, à -0,5 tonne. Un renversement écologique en perspective ! D’autant que le prix de ce matériau serait même légèrement inférieur à celui du ciment actuel (100 $ la tonne au lieu de 110$).

    Les détails de la fabrication ne seront pas connus jusqu’à publication du brevet, mais on ne peut qu’être impatient d’en apprendre davantage.

    « La beauté du processus est que nous transformons cette vielle infrastructure polluante [l'industrie du ciment] en quelque chose qui sauvera l’environnement », déclare Constantz sans nuance.

    Naturellement, avec de telles annonces, il y a des sceptiques. Les industriels du ciment ont fait part de leur incrédulité, et les autorités californiennes « demandent à voir ».

    Mais Constantz a déjà accompli des miracles: à 27 ans, il avait créé un ciment high-tech permettant un meilleur traitement des fractures osseuses. Alors, pourquoi pas ?

    Lire l’article (en anglais) du San Francisco Chronicle consacré à ce ciment révolutionnaire (ou télécharger une copie de l’article).

    Posté par Fabulatio à 23h40

  • 2 commentaires

    WP_Modern_Notepad
    • Professeur mathématiques a écrit (

      Si il faut payer 100$ de brevet pour ses cailloux…

    • Anonyme a écrit (

      Très intéressant tout ça … on veut un suivi de la chose sur ton blog !!

      Tu as oublié de préciser qu’en plus il n’était pas besoin de modifier les fours actuels et que les seuls déchets étaient … des diamants de plusieurs carats (1/2 T par T de ciment … faut bien le mettre qqpart ce carbone)
      // faut bien plaisanter ;)

    Écrire un commentaire

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
S'abonner aux articles

Geek mais pas trop sur Facebook
et sur Twitter !

[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
over-blog.com - fan9 - shop6