• Jeux vidéo 31/08/2008

    Ça fait un peu rabâchage, les jeux vidéo d’il y a vingt ans que l’on réédite à toute sauce. Nous avons eu droit à Pacman à la plage, à Pong fait du sport et à Tetris à la ferme… l’ensemble étant très inégal. Une fois n’est pas coutume : Ricochet Infinity, dont il est question ici, est un casse-brique, qui égale, qu’écris-je ? dépasse ! son maitre, Arkanoïd.

    Outre les effets spéciaux enrichis, la bande sonore endiablée, le grand nombre de niveaux, nous découvrons une nouvelle option, qui transformerait presque entièrement le concept du casse-briques : il est possible de contrôler la balle autrement que par le contact avec la raquette.

    Le problème avec certains tableaux d’Arkanoïd (le 2ème et le 3ème, constitués d’une ligne de briques indestructibles en bas de l’écran, en sont de bons exemples ; voir ci-dessous), c’est que l’on devait lancer la balle, puis attendre patiemment qu’elle daignât redescendre, parfois pendant de longues minutes. Et lorsqu’enfin, elle rejoignait le bas de l’écran, sa vitesse était si grande qu’il était impossible de la rattraper. De plus, on ne pouvait compter que sur le hasard pendant tout ce temps. On attendait son destin, en somme.

    Arkanoïd, niveau 2 (les briques argentées sont indestructibles)

    Arkanoïd, niveau 3 (les briques jaunes sont indestructibles)

    Tout cela, c’est bien fini avec Ricochet Infinity. Lorsque l’on clique sur le bouton droit de la souris, le mouvement de la balle (quel que soit l’endroit où elle se trouve), entame un cercle. Lorsque l’on relâche le bouton, sa trajectoire redevient rectiligne.

    L’effet est assez délicat à maitriser : le cercle emprunté par la balle est dirigé vers la gauche si la raquette se trouve à gauche de la verticale de la balle, et à droite dans le cas contraire. Si pendant que l’on appuie sur le bouton droit, la position de la raquette par rapport à la balle s’inverse, le cercle inverse lui aussi sa courbure.

    Cela est vrai lorsque la balle se déplace vers le haut de l’écran ; lorsqu’elle redescend, c’est à l’envers. Pour résumer : le cercle qu’emprunte la balle, prend la direction du plus court chemin vers la raquette.


    La balle (en haut à droite de l’écran) entame un cercle vers la raquette

    Compliqué, me direz-vous ? Oui, pendant quelques tableaux. Puis cela devient simplement naturel… et ravageur, une fois l’effet maitrisé. À tel point que l’on arrive presque à faire ce que l’on veut de la balle.

    On peut ainsi avaler des dizaines de niveaux, dont la plupart ne présentent pas de réelle difficulté, mais apportent un plaisir constant. Dans quelques tableaux d’anthologie, les briques elles-mêmes sont mises en mouvement par la raquette (lorsqu’elle bouge, ou lorsque l’on clique droit, ou gauche…) et il faut apprendre à dompter tous ces mouvements combinés afin de faire se rencontrer la balle et les dernières briques. Lorsqu’on y parvient, c’est un ravissement.

    Le seul défaut de Ricochet Infinity : celui d’être un tout petit peu trop facile. Mais le nombre de niveaux est si grand (il est même possible d’en télécharger des centaines sur le site de l’éditeur), que l’on ne peut s’arrêter de jouer. Attention addiction !

    Pour finir, une petite vidéo pour vous montrer le contrôle de la balle avec le bouton droit (lorsqu’elle est déviée, une trainée d’étoiles façon comète apparaît dans son sillage) :

    Un dernier mot : Merci à Fred de m’avoir fait découvrir ce jeu étonnant.

    Posté par Fabulatio à 23h24

  • 3 commentaires

    WP_Modern_Notepad
    • Anonyme a écrit (

      de rien !

    • Pierre a écrit (

      Est-ce que c’est toi qui joue sur la vidéo ? Parce que c’est visiblement un truc à mettre dans les pates de maglagla pour qu’elle pulvérise un record que tu maîtrise pas, au vu des balles qui t’échappent, Grand !

    • Fabulatio a écrit (

      Je dois clamer haut et fort que l’objet de cette vidéo NE CONSTITUE EN RIEN une démonstration de mes qualités vidéoludiques. L’idée était de montrer le contrôle de la balle sans contact. Mais faut voir, faut voir, un concours avec Maglagla, faut voir…

    Écrire un commentaire

S'abonner aux articles

Geek mais pas trop sur Facebook
et sur Twitter !

over-blog.com